Loisirs

Spelinspektionen fait équipe avec d’autres organismes pour lutter contre le blanchiment d’argent

Les autorités suédoises font équipe pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme dans l’industrie des jeux d’argent et d’autres industries, un sujet de plus en plus au coeur des discussions depuis le wpo dublin 2018 qui avait un membre du poker club d’angers blanchir de l’argent.

Spelinspektionen, l’autorité suédoise de réglementation des jeux d’argent, a annoncé plus tôt cette semaine qu’elle s’était associée à 15 autres agences et organismes de surveillance pour élaborer ensemble une stratégie visant à lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Les principales tâches qui attendent les autorités suédoises dans le cadre de leurs travaux conjoints consisteront à servir de forum d’échange d’informations et de connaissances entre toutes les organisations participantes, à identifier, cartographier et analyser les risques liés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme, à établir des évaluations nationales des risques qui aideraient à combattre la criminalité et à fournir aux entreprises des informations qui les aideraient à ne pas devenir un instrument de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Empêcher l’industrie suédoise des jeux d’argent d’être utilisée pour le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme a également été l’une des principales tâches des opérateurs agréés de jeux et paris. Le pays a ouvert son marché pour les opérations internationales au début de cette année et plus de 70 entreprises ont été autorisées par Spelinspektionen à opérer dans l’espace.

Les sociétés de jeu et leurs efforts de lutte contre le blanchiment d’argent

Dans une déclaration publiée en début de semaine sur son site officiel, Spelinspektionen a déclaré qu’elle intensifierait ses efforts pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme dans l’industrie du jeu et a exhorté les opérateurs à coopérer et à veiller à déployer les bons outils pour protéger leurs opérations.

Spelinspektionen a noté que le processus d’octroi de licences aux opérateurs pour fournir des services de jeux et paris sur le territoire de la Suède comprend également la détection du véritable propriétaire d’un demandeur de licence. L’organisme de réglementation a également insisté sur le fait qu’il exige de ses titulaires de permis qu’ils s’assurent qu’ils ont déployé des procédures efficaces de connaissance du client pour identifier leurs clients et les sources de leur argent.

Fredrik Lindquist, qui s’occupe des questions de supervision et de blanchiment d’argent chez Spelinspektionen, a commenté la dernière vague d’action en matière de lutte contre le blanchiment d’argent en indiquant qu’un service de vérification des informations sur les demandeurs de licence, y compris la structure de leur groupe, est actuellement mis en place.

Il a poursuivi en expliquant qu’un tel service est une nécessité car en créant des structures complexes de groupes transfrontaliers avec des entités juridiques dans différentes juridictions, les demandeurs de licence peuvent cacher leurs propriétaires réels et l’origine de leur argent.

Des nouvelles concernant la collaboration de Spelinspektionen avec d’autres autorités suédoises sont apparues peu après que son homologue danois – Spillemyndigheden – ai lancé un nouveau programme de lutte contre le blanchiment d’argent au sein de l’industrie danoise des jeux réglementés.

Spillemyndigheden a lancé le mois dernier un programme spécial de dénonciation qui encourage les personnes employées par des sociétés de jeux d’argent agréées localement à signaler les infractions ou les violations potentielles de la réglementation danoise contre le blanchiment d’argent.
L’annonce de Spelinspektionen arrive également alors que la Commission britannique des jeux de hasard a infligé de lourdes amendes à deux de ses licenciés – Gamesys et Kindred Group – pour blanchiment d’argent. Gamesys a reçu une pénalité de 1,2 million de livres sterling, tandis que Kindred Group’s Platinum Gaming a reçu 1,6 million de livres sterling pour ne pas avoir traité les incidents de vol d’argent sur sa plateforme.