Tech

Qualcomm et Apple signent la paix et laissent Intel dans l’embarras

L’entreprise de Tim Cook considère que le fabricant de puces abuse de sa position dominante et l’empêche de réduire ses coûts de production.

La multinationale Apple et le fabricant américain de puces Qualcomm ont annoncé aujourd’hui la conclusion d’un accord visant à mettre fin à tous les litiges en matière de brevets qu’ils avaient ouverts dans différentes parties du monde. Les deux sociétés ont publié une brève déclaration conjointe dans laquelle elles n’ont pas fourni de détails spécifiques tels que les montants ou les dates, mais ont déclaré que la décision mettait fin à « tous les litiges en cours », y compris ceux que Qualcomm maintient avec les fournisseurs d’Apple.

Dans le cadre de cet accord, Apple a accepté de verser à Qualcomm (qui, dans la plupart des cas, était le plaignant) une somme d’argent indéterminée, et Qualcomm a accordé à Apple une licence de six ans pouvant être prolongée à deux autres pour utiliser sa technologie. De plus, l’entreprise de San Diego (Californie, USA) fournira à nouveau des puces au fabricant de l’iPhone pour « plusieurs années ». Le règlement d’aujourd’hui met fin à de multiples batailles judiciaires entre les deux sociétés devant les tribunaux du monde entier, en particulier en Chine et aux États-Unis, dont la plupart remontent à des allégations de Qualcomm selon lesquelles Apple ou ses fournisseurs utilisaient la technologie non autorisée d’Apple. Le 26 mars, par exemple, un juge de la Commission du commerce international des États-Unis a recommandé d’interdire l’importation de certains modèles de téléphones iPhone fabriqués en Chine lorsqu’elle a constaté que la société californienne exploitant Tim Cook portait atteinte au brevet d’un fabricant de puce.

Quelques mois plus tôt, en décembre, un tribunal chinois avait accepté la requête de Qualcomm contre Apple en Chine pour contrefaçon de brevet et ordonné à l’entreprise de ne pas vendre sur ce marché les modèles d’iPhone concernés, notamment les iPhone 7 et 8. A cette occasion, l’entreprise de Cupertino (Californie, Etats-Unis) a accusé Qualcomm de « s’efforcer d’interdire » ses produits comme une « mesure désespérée de la part d’une entreprise dont les pratiques illégales font l’objet d’une enquête des autorités de réglementation du monde entier.

Pendant plusieurs années, Qualcomm a été le fournisseur de puces pour iPhone, une relation commerciale qui s’est détériorée au fil du temps et qu’Apple a finalement complètement rompue l’année dernière lorsqu’elle a cessé d’utiliser les microprocesseurs de cette entreprise pour son nouveau modèle XS. Après l’annonce de l’accord, l’action Qualcomm a grimpé en flèche de 5,22 % dans les transactions électroniques après la fermeture des marchés boursiers de New York, tandis que l’action Apple a légèrement baissé de 0,1 %.

L’accord semble avoir rendu tout le monde heureux, mais il y a un grand perdant qui n’a pas mis longtemps à l’admettre : Intel. Le rival de Qualcomm, qui était devenu l’atout majeur d’Apple dans sa lutte avec le fabricant de puces, a annoncé qu’il jetait l’éponge et laissait la création de modems 5G après l’accord. L’annonce que le géant Cupertino et son adversaire collaborent à nouveau est la fin de ce secteur d’activité pour la marque.

Leurs actions sont les plus ressentiment après ce qui s’est passé et ont chuté d’environ un dollar depuis les nouvelles. Intel abandonne immédiatement le marché des modems mobiles 5G, se concentrant sur le développement 4G et 5G pour PC, IoTs et serveurs, ainsi que l’infrastructure 5G.

Post Comment