Psychologie

Le problème avec les collectes de fonds d’anniversaire sur Facebook

Depuis l’année dernière, j’ai cessé d’attendre avec exctiation mon anniversaire. Une année de vie supplémentaire ne signifie plus l’acquisition d’un nouveau droit mais juste être un peu plus près de la conclusion naturelle de mon cycle biologique.

Malheureusement, Facebook m’a récemment et brutalement rappelé l’événement à venir, forçant ce rappel en haut de mon fil d’actualité.

Apparemment, pour Zuckerberg, mes données ne sont pas assez bonnes ; maintenant, il veut que je commence à collecter des fonds pour le bien public aussi.

Cette nouvelle fonction de collecte de fonds est apparue en août 2017 et permet aux utilisateurs de Facebook de commencer des collectes de fonds pour les causes qui les intéressent. Tout ce que vous avez à faire est de choisir un organisme sans but lucratif parmi un bassin de +750 000 organismes (oui, trois zéros) et en quelques étapes faciles, vous pouvez demander à vos amis de donner un euro pour faire du monde un endroit meilleur.

Avec une brillante stratégie, les gourous de Facebook ont décidé de se concentrer sur les anniversaires puisque les dates d’anniversaire sont déjà très importantes dans notre vie quotidienne en Zuckerland. De plus, la nouvelle fonctionnalité répond à un besoin évident de validation personnelle.

La stratégie a porté ses fruits. En août dernier, le réseau social a annoncé qu’en un an, cette nouvelle fonctionnalité a permis de recueillir plus de 300 millions de dollars (lire l’article ici). Au début, l’entreprise prélevait des honoraires assez normaux de 5 p. 100 sur chaque don. Cependant, en novembre 2017, elle a aboli les frais d’adhésion et maintenant, 100 % des dons faits par l’entremise de la plateforme vont directement aux organismes sans but lucratif sélectionnés.

A une époque où le « mythe des frais généraux » domine l’opinion publique, le Menlo Park’s juggernaut garantit que tout votre argent ira directement à l’association caritative que vous avez décidé d’aider. Ça a l’air bien, hein ?

De plus, si vous n’êtes pas convaincu par sa première invitation à créer une collecte de fonds, Facebook vous proposera une nouvelle bannière, également placée stratégiquement en haut de votre fil d’actualité, qui promet de faire un don de 2 € à une association à but non lucratif de votre choix, si vous créez simplement une collecte de fonds pour elle.

Tout ce que vous avez à faire, c’est de choisir une cause que vous jugez valable et de la rendre publique. Facebook fera le reste. Petit don inclus.

C’est probablement la philanthropie la moins exigeante à laquelle on puisse penser. Dans le domaine de Facebook, faire le bien est si facile qu’il faut plus d’efforts pour ne pas le faire.

Alors pourquoi est-ce que je me donne la peine d’écrire un article qui est censé exposer le « problème » des collectes de fonds du FB ?

Mon principal problème avec cette astucieuse fonctionnalité est qu’elle propage une approche infructueuse de la philanthropie ; je vais expliquer ma revendication en montrant comment fonctionne le processus (extrêmement simple et convivial) d’organisation d’une collecte de fonds sur la plateforme.

Une fois que vous avez décidé de créer une collecte de fonds, Facebook vous demandera de choisir un organisme sans but lucratif. Comme je l’ai dit, vous pouvez choisir parmi un lot de +750 000 organisations.

Vous pouvez faire défiler la liste ou rechercher vous-même une organisation. Il y a aussi un menu latéral qui vous aide à naviguer dans les organismes de bienfaisance par catégorie. Apparemment, la liste est faite sur mesure en fonction de votre lieu de résidence, de vos amis et de ce que vos amis aiment. Tous les bénéfices standards de l’algorithme de Facebook.

Poussez vos recherches plus loin sur l’algorithme de Facebook: https://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/07/01/comment-fonctionne-l-algorithme-de-facebook_4448781_4408996.html

Mais on ne trouve nulle part d’information sur l’efficacité ou l’impact des organisations.

Lorsqu’il est temps de partager votre collecte de fonds, Facebook ouvrira cette fenêtre, suggérant un texte possible pour « raconter votre histoire ».

Et c’est le principal problème au cœur des collectes de fonds sur Facebook ; ce n’est qu’une autre déclinaison de l’expression de soi.

« J’ai choisi cet organisme à but non lucratif parce que leur mission compte beaucoup pour moi « , suggère d’écrire Facebook. Dans cette conception, recueillir des fonds pour un organisme de bienfaisance n’est qu’une autre façon d’adapter votre moi virtuel et d’exprimer un sentiment d’appartenance, un peu comme partager un poste politique ou une image romantique avec votre partenaire. C’est une réplique du même mécanisme de chambre d’écho (ego) qui nous amène à nous regrouper en groupes d’intérêts privés, perdant de vue la possibilité d’un bien commun et partagé.

Sur les réseaux sociaux, il s’agit toujours de toi et de ton histoire. Mais l’altruisme ne devrait pas être une poursuite de l’ego par d’autres moyens. Bien au contraire, il devrait s’agir, eh bien, d’autres.

Je suis conscient que ce problème ne commence pas avec Facebook. La philanthropie a toujours été aussi de se sentir bien dans sa peau et de promouvoir les causes qui nous tiennent à cœur pour plusieurs raisons. Cependant, les réseaux sociaux amplifient certainement cette logique.

Le problème, c’est que cette approche pour résoudre les problèmes du monde est vouée à l’échec. Si nous voulons rendre le monde meilleur, nous devons adopter une approche plus rationnelle et fondée sur des données probantes pour faire le bien. C’est le genre de « révolution copernicienne » de la philanthropie qu’un mouvement social et une philosophie appelée « Altruisme efficace » proposent : déplacer le centre de nos efforts altruistes de « ce à quoi nous tenons » à « ce à quoi nous devrions tenir ».