Les objectifs du programme

Chaque nuit, 365 jours par an, les Equipes Mobiles d’Aide de nuit sillonnent les rues de Paris et vont à la rencontre des personnes qui vivent dans la rue et ne demandent plus rien. Composées de trois professionnels : un chauffeur accueillant social, un travailleur social et un infirmier, leur mission principale est de créer du lien, évaluer l’état sanitaire et social des personnes rencontrées et leur proposer une orientation ou des solutions adaptées à leur volonté et aux places d’hébergement disponibles.

En 2015, les Equipes Mobiles d’Aide de nuit sont allées à la rencontre de 35 925 personnes et ont distribué près de 5000 duvets aux personnes dormant dans la rue.

Chaque hiver, les préoccupations sont les mêmes, donner un peu de chaleur à ceux qui n’ont plus rien : de la chaleur humaine en créant du lien, et une protection contre le froid en distribuant vêtements et duvets. Grâce à vous, ce sont encore plus de duvets qui pourront être distribués cet hiver.

REPORTAGE

Reportage : en route avec une équipe mobile d’aide
20h, chauffeurs, travailleurs sociaux et infirmier(e)s des sept équipes mobiles de nuit sont réunis dans la salle de briefing.

Mickael le coordinateur, informe chacun des situations critiques…: une infirmière indique que Monsieur K., rencontré la veille, ne va pas bien. Depuis quelques jours, il ne s’alimente plus et ressasse des idées noires. Il est convenu qu’une équipe lui rendra à nouveau visite ce soir et tentera de le convaincre d’être accompagné dans un centre d’hébergement d’urgence, même s’il est probable que celui-ci s’obstine à refuser toute assistance.

Une heure plus tard, les sept équipes partent sillonner les rues Paris. Chacune a son secteur. Premier arrêt sur le chemin pour l’équipe mobile chargée d’arpenter les XVIIIème, XIXème et XXème arrondissements. Installé sur les maréchaux, André est assis devant sa tente. Samir, le chauffeur, Claire, travailleuse sociale et Marianne, infirmière vont à sa rencontre. André les reconnaît. Passé quelques plaisanteries, il demande une cigarette. En même temps qu’il lui en tend une, Samir demande s’il n’a pas besoin d’autre chose : café, Bolino, duvet… A la plupart des questions, André répondra sur le ton de la plaisanterie : « Vous êtes gentils, précisera-t-il, mais tout va bien ». Il accepte néanmoins le duvet et le café proposés.

Le camion repart. Arrivé vers La Chapelle, Samir arrête le véhicule à quelques mètres d’un homme, assis sur le pas de porte d’une boutique. A mesure qu’ils s’avancent, l’homme sourit. « Je vous connais ! », lance-t-il. « Moi aussi capitaine ! », répond Samir. L’homme rit. « T’es une canaille toi ! Oui, mon capitaine ! Tout va bien ? Ça va, ça va…. L’homme accepte un café. Le contact est noué. L’homme ne donne pas son prénom, mais répond à quelques questions posées par Claire. Le jour, il vit à quelques rues d’ici, avec une autre personne. Ses affaires sont là-bas, cachées. La nuit, il faut faire attention, précise-t-il. La confiance une fois installée, Claire demande si l’homme souhaite qu’on l’accompagne dans un centre d’hébergement. Malgré le sourire, la réponse est non. Au fil de la conversation, il lancera quelques informations : à la rue depuis dix ans, 69 ans, voyageur, ex-marin peut-être… « On va devoir vous laisser. Vous êtes sûr de ne pas vouloir qu’on vous accompagne dans un centre ? », tente de nouveau Claire. « Sûr ».

Entre 21h et 5h, ce soir-là, les sept équipes mobiles du Samusocial de Paris rencontreront 83 personnes. 28 accepteront d’être prises en charge, pour la plupart parce qu’elles auront-elles-même appelé le 115. Une personne sera emmenée aux urgences de l’hôpital Cochin.

L' association en détail

Le Samusocial de Paris répond aux besoins des personnes qui, dans les rues de Paris, sont en situation de détresse physique et sociale. Créée en 1993, le Samusocial de Paris a développé différentes missions pour adapter ses métiers aux évolutions de l’exclusion sur le territoire parisien : Equipes Mobiles d’Aide, centres d’hébergement d’urgence, lieu d’accueil de jour, numéro d’urgence (115), pôle de réservation hôtelière, lits halte soins santé, lits d’accueil médicalisé et accompagnement social.

Il assure également la gestion du Service Intégré d’Accueil et d’Orientation (SIAO) Urgence et un Observatoire analyse son activité, assure une veille sociale et mène des recherches qui contribuent à la connaissance des publics et à l’évaluation de l’efficacité des politiques publiques de lutte contre l’exclusion.

Respect, bienveillance, connaissance des personnes, compréhension des situations et des difficultés, connaissance des acteurs de l’urgence sociale et des ressources présentes sur le territoire francilien lui permettent d’apporter des réponses à des milliers de personnes en errance.